photo libre de droit: commons.wikimedia.org

photo libre de droit: commons.wikimedia.org

Pour toi.
Pour toi je veux écrire, mais je manque de mots. Les mots pour traduire les évidences, marquer la frontière entre mes peurs et espérances. Je rêve de berges fleuries aux abords d’un étang grouillant de flamants roses, je rêve de toi. De ton sourire, ton visage, ces subtilités qui font de toi une personne précieuse à mes yeux. Et toi que je vois au loin telle une gazelle ivre d’air, de liberté, de verdure et d’espace, si tu n’étais qu’une panthère déguisée ?
Je me souviens de ce soleil éclaté comme un fruit trop mûr, ce soleil qui fut le témoin de notre rencontre, de la naissance soudaine de mon amour. Ce soleil omniprésent qui aujourd’hui encore m’éclaire et me suit. Je me souviens de cette fierté, cette autorité, cette hauteur qui transparaissait dans l’expression de tout ton être. Au-dessus de tes talons hauts, tu me parus comme une tour infranchissable.
Te rencontrer m’a renvoyé à ma peur profonde d’aimer. De quitter la terre et de voler tel un aigle sur la cime des montagnes. Alors, je me suis trouvé un alibi, une échappatoire, un attachement soudain pour la monotonie. La vie de libertin. Cette vie dans laquelle les passions nous submergent et nous emportent vers le ciel en nous gardant les pieds sur terre. Cette vie sans amour véritable où nous pouvons rire, mais pas de tout notre cœur et pleurer, mais pas de toutes nos larmes. Alors, j’ai lutté. Je me suis armé d’un bouclier trop petit pour mon cœur, et d’une épée trop fragile pour me défendre. Peine perdue. Aujourd’hui, je suis ballotté par les grands courants de l’amour.
Pour toi,
Je veux être heureux, me lever avec l’espoir d’une journée où il m’est donné d’aimer : la terre, la mer, les hommes, les montagnes. Laisser ce trop-plein d’amour s’épancher jusqu’au bout du monde. Le mettre dans chaque mot, chaque geste, chaque pas ; le laisser transformer ma vie et me rendre meilleur.
Pour toi mon amour,
J’ai longtemps cessé de lutter contre les grandes forces de l’amour. À ce moment où j’écris ces quelques lignes, j’ai l’impression de déclarer ma flamme à la Terre tellement autour de moi tout paraît étrange, féerique, irréellement coloré. Si aujourd’hui je t’ai perdu de vue et qu’au bout du monde tu ne sais pas toutes ces choses, au moins, le monde le sait déjà. Et ma vie est belle comme ça.
Je t’aime.